robe d’avocat

Pourquoi porte-t-on la robe d’avocat ?

La robe d’audience est la tenue portée par les juges, avocat, greffier et autres magistrats. Plus qu’une simple tenue de travail, c’est un vrai symbole des fonctions juridiques. De couleurs variées suivant les fonctions, avec ou sans épitoge, elle est la star du prétoire. Mais d’où vient-elle au juste ? Et pourquoi la porte-t-on encore ?

Histoire d’un symbole

Historiquement parlant, la robe d’avocat ou la robe de juge ne sont, au Moyen-Âge, que de simples soutanes portées par des ecclésiastiques. En effet, à l’époque, ce sont les membres de l’Église (le clergé), instruis et éclairés, qui connaissent les lois et défendent les prévenus, vêtus de leur costume religieux.

D’ailleurs, la robe gardera quelques traces de se passeé ecclésiastique avec ses 33 boutons qui représente l’âge du Christ à sa mort.

Même après la séparation de l’église et de l’État, la robe d’avocat aura la vie dure. Malgré les quelques tentatives de suppression, la robe d’avocat et la robe de juge restent des emblèmes des fonctions juridiques. Cependant, après la révolution française, le port de la robe d’audience est supprimé et c’est Napoléon qui le rétablira en 1810. Les tentatives de changement de la robe d’audience ont, elles aussi, échoué comme pour prouver l’attachement de ces professions juridiques à leur tenue de cour.

Cependant, la robe d’avocat ne sera obligatoire qu’avec la loi du loi du 31 décembre 1971 qui stipule dans son article 3 que « Les avocats sont des auxiliaires de justice, qu’ils prêtent serment en ces termes : Je jure, comme avocat, d’exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité.

Et, qu’ils revêtent dans l’exercice de leurs fonctions judiciaires le costume de leur profession. »

Un défi de taille ?

Aujourd’hui, le challenge pour les ateliers de fabrication de robe d’audience est de la réinventer. Très difficile à personnaliser de l’extérieur, c’est l’intérieur qui, désormais, tend à se différencier.

C’est pourquoi l’Atelier Petit propose des robes d’avocat, de juge ou d’universitaire avec des tissus différents, adapté aux saisons et aux goûts de ces hommes et femmes de lois. Tout l’enjeu est donc de faire le lien entre innovation et tradition, problème plutôt épineux quand on sait que la tenue d’avocat ou magistrat est composée de :
– la robe (toujours noire) qui peut être faite de différents tissus. Ainsi, chez les Ateliers Petit, vous aurez le choix entre des robes en laines, en microfibre ou encore polyester avec des revers en satin.
– le rabat qui lui est composé de coton, de polyester ou même de dentelle.
– l’épitoge, qui est, en générale herminée, changera de couleur selon votre fonction ou les occasions. Vous retrouverez ainsi des épitoges bleus pour plaider devant la cour européenne ou rouge pour les magistrats en audience solennel à la Cour de cassation.

Ainsi, les Ateliers Petits vous proposent un choix de robe d’audience complet, des tenues innovantes qui vous permettront de vous distinguer de vos confrères mêmes lorsque vous portez la robe noire d’avocat.

Alors maintenant que vous en savez plus sur l’origine de nos somptueuses robes d’audience, vous aurez sûrement envie de faire de cette tenue une pièce unique grâce aux Ateliers Petit.