robe d'audience

robe d’audience

Les différentes robes d’audience

Le monde judicaire se démarque par l’importance de l’habit. Ainsi, le costume de Cour est très facilement reconnaissable et fait partie intégrante de la fonction des gens de Justice. Nous allons donc ici nous intéresser aux différentes robes portées à l’audience, mettant l’accent tant sur leurs ressemblances que sur leurs signes distinctifs.

Des robes différentes selon les fonctions

En première instance, toutes les robes sont de couleur noire. De même, à l’audience, les juges, avocats et autres membres du personnel judicaire portent généralement des toges noires. Celles-ci peuvent devenir rouge à certaines occasions très spéciales, notamment lors des Cérémonies.

Devant une telle similitude, il nous était autrefois possible de distinguer les différentes personnes présentes grâce à leurs toques. En effet, la couleur du liseré de ces dernières variait selon la fonction et le grade de leurs propriétaires. Or, aujourd’hui, le port de la toque est de moins en moins pratiqué.

robe d'audience
robe d’audience

De nombreux plaideurs et magistrats les portent à la main ou ne s’en encombrent même plus. Il n’est donc pas évident de savoir, pour un néophyte, qui possède telle fonction dans une salle d’audience. Toutefois, certains indices peuvent nous aider à y voir plus clair.

Ainsi, les couleurs changent selon le niveau d’étude et la discipline étudiée. À titre d’exemple, nous pouvons citer les docteurs en droit qui sont les seuls à pouvoir revêtir trois rangées d’hermine.

Les différences régionales des tenues d’audience

Si les habits diffèrent selon les fonctions, les accessoires changent également selon les régions.

Ainsi, la ceinture de la robe de Cérémonie est noire, et non bleue, pour les magistrats exerçant dans les Tribunaux de Grande Instances, situés dans le ressort des Cours d’Appel de Paris et de Versailles.
Par ailleurs, alors que l’épitoge (pan de tissu accroché à l’épaule et visant à rappeler les racines ecclésiastiques des costumes judiciaires), se pare d’hermine en Province, elle est dite « veuve » à Paris et est dénuée de fourrure. Cette tradition remonte à la Révolution, où Malesherbes, Premier avocat de Louis XVI, fut guillotiné.

Depuis, le personnel judiciaire de cette juridiction en porterait le deuil de cette façon.

Pourquoi une telle différence de couleurs parmi les costumes judiciaires ?

Comme nous l’avons vu, les toges d’audience sont de deux couleurs. Elles peuvent en effet être rouges ou noires. Nous nous sommes alors interrogés sur cette différence de couleurs. Or, s’il apparaît que le rouge est un vestige des origines cléricales de la fonction judiciaire, il n’est pas non plus sans rappeler la couleur royale.

En effet, alors que la Justice était l’apanage du Monarque, elle était rendue par la Noblesse qui se disait « de robe ».

robe d'audience
robe d’audience

Par ailleurs, les racines ecclésiastiques du costume judiciaire lui transmirent également sa couleur noire. Par ce ton volontairement sobre et austère, les juges et les avocats tendent à démontrer la modestie de leur fonction et luttent contre l’accusation de vénalité dont ils furent longtemps accablés.

Les couleurs des toges sont ainsi, toutes deux, porteuses de significations fortes et presque opposées. Elles témoignent donc des deux facettes de cette profession si singulière, pétrie tant de grandeur que d’humilité, de sacré que d’humanité.